• Zobio

Diversification alimentaire : notre histoire

Alice a commencé la diversification alimentaire à ses 7 mois. Jusque-là c'était allaitement exclusif au sein. Nous avons opté pour la "méthode" de Diversification Menée par l'Enfant (DME) qui consiste à proposer directement des morceaux, sans passer par le stade des purées et compotes. Il s'agit à mon sens d'une méthode de diversification pratique, saine et surtout respectueuse du développement de l'Enfant. Aussi, personne d'autre que l'enfant lui-même ne porte de nourriture à sa bouche, ce qui en fait l'acteur principal de sa propre manière de s'alimenter. Toutefois, je dirais que c'est une méthode qu'il faut choisir si l'on n'éprouve pas de stress particulier vis-à-vis du risque de gag réflex (réflex vomitif servant à dégager un morceau obstruant l'oesophage) ou bien d'un étouffement. Sachant que toute méthode de diversification amène un risque d'étouffement et n'ayant personnellement aucun appréhension concernant cela (merci la formation aux premiers gestes de secours chez le nourrisson !) c'est la DME que nous avons choisie.


Il ne faut pas croire que ce fût tout de suite le grand amour entre Alice et la nourriture... Elle a passé de longs jours à d'abord nous regarder avec un air dépité... "Vous n'allez quand même pas me dire que je suis censée manger ça ?!" 😂 Petit-à-petit l'apprivoisement s'est fait. Je dois dire que nous avons vraiment tout fait au feeling (après avoir bien préparé le dossier quand même, notamment en terme de règles de sécurité puis des aliments allergènes) en essayant d'être tout de même très prudents car Alice a des allergies alimentaires et un RGO (reflux gastro oesophagien). Au départ, elle aimait aussi beaucoup réduire en bouillie tout ce qui se trouvait dans ses mains... tout-à-fait normal, puisque le principe de la DME est de proposer à l'enfant une découverte de la nourriture multi sensorielle !

Nous avons tout de suite proposé 2 repas, les principaux, à savoir le déjeuner et le dîner. Au petit-déjeuner elle s'est contenté de mon lait jusqu'à 2,5 ans et n'a commencé à goûter entre la sieste et le dîner que vers l'âge de 2 ans. Nous ne lui refusons jamais de nourriture si elle réclame en dehors des heures de repas. C'est elle qui gère puisqu'elle connaît mieux que personne ses propres besoins. Nous on gère la qualité et elle la quantité !


Les 2 gros avantages de cette méthode sont à mon sens :

1. l'organisation, un seul repas pour tout le monde

2. l'équilibre, puisque cela nous oblige à concevoir des repas toujours équilibrés au quotidien. Avec une bonne organisation (et un congélateur rempli de "en cas de rush" 😅) tout fonctionne à merveille !


Suggestions pour aider les parents de petits mangeurs à se sentir plus sereins au sujet des repas :

– faire la Diversification Menée par l'Enfant (pas avant 6 mois révolus, pas après avoir essayé la diversification classique, pas avant que l'enfant ne tienne assis seul et sans maintien) – faire manger l'enfant sur ses genoux, dans la même assiette que papa/maman, avec la même fourchette en laissant l'enfant expérimenter seul (attention ça peut tacher 😂). – manger par-terre ou sur une table basse pour permettre à l'enfant de rester debout, d'aller et venir à son rythme vers l'assiette, sans qu'il ne se sente contraint et forcé de manger sous prétexte que papa/maman a faim. – dissocier clairement les aliments et proposer des formats / textures / couleurs différents afin d'inciter l'enfant à toucher / sentir / goûter. En agissant de la sorte vous éveillez sa curiosité et augmentez donc les chances qu'il/elle mange un peu. Cela demande d'accepter que l'enfant en mette partout, ce n'est pas grave. Passer un coup d'éponge puis de torchon vous prendra quelques minutes de votre précieux temps, et votre enfant le vaut bien, non ?! 😉 – lui faire confiance et lui donner la possibilité de connaître ses sensations en les verbalisant : tu as faim / soif ; tu en veux encore / tu n'en veux plus ; c'est bon / mauvais ; c'est froid / chaud, etc. – essayer d'introduire les signes "manger" et "boire" de la Langue des Signes Française pour les enfants ne parlant pas encore. De cette manière l'enfant manifestera sa faim, et même si ça vous gonfle de lui préparer des crevettes ou de la banane poêlée à 10h du mat' au moins il/elle mangera avec plaisir... 😅 – se relaxer et se dire qu'il vaut mieux un enfant "difficile" (je préfère le mot "exigeant") avec la nourriture, qui se nourrira en conscience, qu'un enfant "bouffe tout" à qui l'on a jamais donné la possibilité de choisir et de comprendre son corps.

(Repas de la photo : potimarron rôti au four avec un filet de mélange d'huiles rajouté après cuisson, galette d'épinards avec farine de pois-chiche, ail et cumin et un quartier d'orange.)


Références pour se lancer dans la DME :

— site web https://bebemangeseul.com/

— livre "Mon enfant ne mange pas : comment prévenir et résoudre le problème" de Carlos González Rodríguez (2010)